proteses

Prothèses mammaires

AUGMENTER LE VOLUME DES SEINS AVEC UNE PROTHÈSE MAMMAIRE : PRIORITÉ AU NATUREL

Contrairement aux poitrines volumineuses, des seins jugés trop petits n’entraînent pas de gênes ou de douleurs physiques. Leur petite taille, d’origine génétique, n’a aucune incidence ni sur la santé, ni sur la libilo, ni sur l’allaitement. La douleur est ailleurs ; certaines femmes souffrent profondément d’un manque réel de confiance.

 

La pose de prothèse mammaire va chercher à augmenter le volume des seins, c’est pour elles un moyen de se sentir mieux dans leur corps, d’accroître leur bien être, de restaurer leur confiance en elles en améliorant l’image qu’elles ont et qu’elles donnent d’elles-mêmes. On a souvent trop tendance à réduire cette volonté d’augmenter le volume des seins à un désir de séduction, à une dimension érotique. Or c’est d’abord pour se plaire à elles-mêmes que les femmes demandent une pose de prothèse mammaire (Comment s’habiller? Comment porter un maillot de bain?).

Pourquoi vouloir augmenter le volume des seins “ Pour être une femme, une vraie! ” répondent beaucoup de patientes qui se plaignent de leurs seins “ inhabités “. Plaire davantage aux autres - aux hommes - me semble n’être qu’une conséquence. Essentielle certes, mais conséquence tout de même. Bien sur, leurs demandes visent à être plus séduisantes, plus belles, plus désirables. Mais d’abord, elles décident de recourir à la prothèse mammaire pour être plus heureuses. “Du jour au lendemain, je me suis sentie plus belle, plus sexy, j’avais l’impression d’exister dans le regard des autres, des filles comme des garçons! “, m’a dit un jour une jeune patiente avec un sourire rayonnant qui faisait plaisir à voir. Après l’intervention esthétique, avec plus de seins, elles se disent “plus femmes” et chacune met ce qu’elle veut dans ce mot. Mais c’est cela le but.

Avant
01before
Après
01ap
Avant
2a
Après
2b
Avant
3a
Après
3b
Avant
4a
Après
4b
Avant
5a
Après
5b
Avant
6a
Après
6b
Avant
7a
Après
7b
Avant
8a
Après
8b
Avant
9a
Après
9b
Avant
10a
Après
10b
Avant
11a
Après
11b
Avant
12a
Après
12b
Avant
14a
Après
14b
Avant
13a
Après
13b


Consulter en vue d’une augmentation mammaire

Voici un résumé des informations que vous échangerez personnellement avec le Docteur DIVARIS dans l’optique d’une potentielle augmentation mammaire.

Toutes ces opérations sont sujettes à une planification et un suivi personnalisé en fonction de chaque patiente.

La première consultation est primordiale dans le sens où elle permet de connaître les raisons de sa démarche et ses attentes. Elle permet, par ailleurs, de créer un rapport de confiance mutuelle entre patient et médecin. Ainsi, le Docteur DIVARIS réalisera un diagnostic de la poitrine de la patiente en fonction de la forme du sein, de ses dimensions, mais aussi de la forme du thorax, de la silhouette pour ensuite décider du type d’implant qu’il utilisera, de la position par rapport au muscle pectoral, de la voie d’abord de la prothèse et donc de la cicatrice. La décision sera prise en fonction des constatations anatomiques mais aussi en fonction du désir de la patiente sur la forme et le volume de sein qu’elle souhaiterait avoir. le Docteur DIVARIS s’assurera que l’envie de la patiente par rapport à sa future poitrine reste en adéquation avec l’harmonie du corps et les réalités ou contraintes liées à l’anatomie du sein et du thorax.

De nombreuses photographies avant/après résultat seront présentées. La procédure chirurgicale, les examens préopératoires et les suites postopératoires, ainsi que les risques aussi faibles soient-ils, seront expliqués de manière loyale et transparente.

Parfois, une greffe de cellules adipeuses ou lipofilling peut être effectuée, en plus des implants mammaires, pour améliorer la forme, la symétrie, de décolleté ou pour des patientes ayant un tissu sous-cutané trop mince.

Le lipofilling est aussi utilisé pour apporter des corrections, pour estomper des vagues sur la poitrine ou des imperfections, améliorer les proportions et la symétrie. Le lipofilling mammaire est aussi envisageable pour les patients ne souhaitant pas d’implants, celui-ci permettant d’améliorer la forme, le volume et la symétrie de la poitrine.

Le Docteur DIVARIS envisagera toutes les options lors de votre consultation.

Comme mentionné plus haut, les implants mammaires existent dans différentes formes et profil. L’implant anatomique ou “en forme de poire” a été créé avec une forme plus remplie vers le bas que vers le haut pour se rapprocher d’une poitrine naturelle.

L’implant rond présente une répartition homogène du gel de silicone et l’implant sera d’autant plus rond que la projection sera importante.

L’idée de penser que les implants anatomiques donnent des seins plus naturels est imparfaite.

Chaque implant qu’il soit rond ou anatomique pour donner un résultat naturel, car en fonction de l’anatomie du thorax et de la forme du sein, un implant rond ou un implant anatomique pourra présenter des avantages mais aussi des inconvénients. Par exemple, une femme ayant juste une petite poitrine avec des reliefs parfaitement en place (seins symétriques, aréole au milieu du sein, sillon sous-mammaire à 4 ou 5 cm de l’aréole par exemple), donc une petite poitrine mais avec une belle forme, aura un résultat plus naturel avec un implant rond car l’implant augmentera la projection et le volume du sein, sans en modifier la forme et donnera un résultat très naturel si le volume choisi respecte les dimensions du sein.

En revanche, une petite poitrine avec des reliefs anatomiques absents (sillon sous-mammaire inexistant ou trop près de l’aréole), une hypoplasie sévère (bonne A ou inférieur à A) ou une poitrine avec une ptôse minime, aura de biens meilleurs résultats avec un implant anatomique car permettra d’allonger le segment III (segment entre le téton et le sillon sous-mammaire), donc augmentera le galbe inférieur avec une pente douce dans le segment supérieur, ou pourra très légèrement relever un sein légèrement tombant.

Il n’y a donc pas de meilleur implant. Il n’y a que des implants adaptés à l’anatomie des patientes et le Docteur DIVARIS choisira la forme de l’implant en fonction de tous ces éléments pour assurer un résultat naturel, beau et en accord avec le désir de sa patiente.

Qu’il soit rond ou anatomique, l’implant pourra varier en fonction de sa projection. Il existe des implants avec projection modérée, haute et extra haute.

Les implants à profil haut auront une largeur de base plus étroite comparativement aux implants de taille modérée. les implants à profil haut sont généralement utilisés si une plus grande profondeur est demandée sans pour autant avoir à jouer sur la largeur. Il peut arriver que des implants à profil très haut soient demandés, mais cela reste une demande marginale. Le Docteur DIVARIS a pour habitude d’utiliser des implants à profil modéré et haut en fonction de l’examen du patient et de sa demande.

Les implants utilisés en chirurgie esthétique peuvent être remplis soit d’eau (sérum physiologique) ou de gel de silicone hyper-cohésive. De nos jours, les prothèses au sérum sont quasiment abandonnées. Les implants en silicone ayant une texture beaucoup plus proche de la glande mammaire d’où un résultat plus naturel.

Lors de la consultation préalable on réalisera des essais de modèles de prothèses mammaires réalisées dans le cabinet du Docteur DIVARIS (Paris 16).

L’implant n’est maintenu que par la glande et la peau. Le muscle est une structure plus forte et le poids de l’implant est impacté sur le muscle et non pas sur le sein lui-même.

La dernière localisation est le dual plan : derrière le muscle grand pectoral dans la partie haute et au contact de la glande mammaire dans la partie basse. L’avantage du dual plan est de réduire la douleur avec un résultat naturel.


Taille de l’implant mammaire

Choisir la bonne taille d’implant est primordial pour obtenir le résultat désiré.

Une taille d’implant appropriée sera déterminée selon le bonnet que le patient demandera et suite à l’examen physique incluant l’observation de la largeur de la poitrine, la distance entre le téton et le sillon sous-mammaire et la prise en compte de l’épaisseur de la peau et du tissu sous-cutané.

Le chirurgien observe aussi la position de l’aréole, zone complexe liée au sillon sous-mammaire ainsi que la symétrie entre les deux seins.

Pour ces raisons, les seins sont souvent vus comme des frères et non des jumeaux car ils peuvent être différents par la forme, la taille, la position de l’aréole ou du sillon sous-mammaire. La symétrie parfaite n’est pas toujours de mise et le Docteur DIVARIS notera lors de la consultation la présence ou non de ces variations anatomiques pour expliquer à la patiente ce qui pourra être corrigé ou ce qui ne pourra pas l’être. Les chirurgiens mettent tous leurs efforts possibles pour s’approcher de la taille, forme et symétrie désirées par les patients, mais la symétrie parfaite ne peut pas toujours être garantie. La patiente sera toujours informée de cela avant la chirurgie.
 

Emplacement de l’incision

  • Intra-mammaire : L’incision est effectuée dans le sillon en dessous du sein.
  • Aréolaire : L’incision est effectuée sur le bord bas de l’aréole.
  • Axillaire : L’incision est effectuée dans le creux des aisselles.

La décision finale concernant l’emplacement de l’incision revient en définitive au patient. L’incision la plus commune et la plus demandée est l’incision axillaire due à la cicatrisation des traces presque imperceptibles.
 

Après la pose des prothèses mammaires

  • Le temps de récupération nécessaire est en moyenne de 3 à 5 jours
  • Les mouvements amples des bras sont réduits pendant les premiers jours : la conduite de la voiture est possible environ une semaine après l’intervention. Il est interdit de porter des charges lourdes (10-15 kg) pendant 15 jours et les activités sportives sont interdites pendant 1 mois.
  • Des douleurs dans la poitrine, des ecchymoses, des oedèmes peuvent apparaître dans les jours qui suivent l’intervention. C’est une réaction normale de l’organisme et ces douleurs disparaissent avec le temps.
  • Un traitement anti douleur, anti inflammatoire est prescrit dans tous les cas.
  • Un suivi postopératoire est effectué par le Docteur DIVARIS à 5 jours, 1 mois, 6 mois et tous les ans après l’implantation mammaire.
  • L’allaitement est normalement possible mais il est conseillé d’attendre au moins 6 mois.
     

Complications envisageables suite à la pose de prothèses mammaires

Les suites opératoires liées à la pose d’implants mammaires sont en général simples. Toutefois des complications peuvent survenir, certaines inhérentes à tous les actes médicaux, d’autres locorégionales exclusives de l’augmentation mammaire. En ce qui concerne l’anesthésie, le médecin anesthésiste informera lui-même le patient des risques et l’anesthésie générale lors de sa consultation au plus tard 48 heures avant l’intervention. Il existe des complications inhérentes à toute intervention de chirurgie et spécifiques à la pose d’implant, un corps étranger telles que :

  • Une infection, traitée par des antibiotiques et parfois un drainage chirurgical
  • Un hématome
  • Des altérations de la sensibilité, notamment au mamelon. La sensibilité normale revient dans les 6 mois à 1 an.
  • Une cicatrice compliquée : les cicatrices (parfois hypertrophiques voir chéloïdes) nécessitent des traitements locaux.
     

Risques potentiels et suites opératoires après la pose d’implants mammaires

  • Formation des plis ou aspect de “vagues”. L’implant mammaire, pour rester souple, n’est jamais rempli de silicone sous tension. De ce fait, le pli de l’enveloppe de la prothèse peut avoir un aspect de “vagues” notamment dans ses parties latérales et inférieures qui peuvent être palpables voir visibles sous la peau. Ce phénomène est plus fréquent avec les prothèses en sérum physiologique et notamment en cas des patientes minces.
  • Contracture capsulaire et coque fibreuse. La formation d’une capsule fibreuse autour d’un implant est une réaction normale de l’organisme humain qui crée une sorte de membrane fibreuse autour de tous corps étrangers afin de l’isoler. Dans certains cas cette membrane est le siège d’une évolution défavorable. Elle peut s’épaissir, se rétracter jusqu’à former une véritable coque fibreuse autour de l’implant (contracture capsulaire).

On distingue 4 stades de fermeté qui vont de l’aspect normal, indétectable, aux formes sévères avec sein dur, rond, fixé et parfois douloureux.

La fréquence globale de cette complication ne peut pas être estimée avec certitude.

contact-background
Docteur Marc Divaris
32, avenue Georges Mandel - 75116 Paris