lifting_temporal

Lifting temporal et frontal

LE LIFTING TEMPORAL

Il permet de remonter l'extrémité externe des sourcils.

Le lifting temporal ou « pince mannequin » participe à l'ouverture du regard en remontant la portion latérale du sourcil (queue du sourcil) permettant de restaurer une distance correcte entre les cils et les sourcils à la paupière supérieure.

Il atténue l'excès de peau présent.

Il ne faut pas confondre cette intervention avec le lifting frontal (qui n'est plus beaucoup pratiqué depuis l'avènement du botox).

 

La technique

il faut à tout prix éviter la moindre résection de cheveux et éviter une cicatrice devant la ligne d'implantation des cheveux qui serait inesthétique.

La petite ouverture de 2 cm se fait dans la partie haute de la tempe et on décolle sous le muscle en profondeur pour aller décoller jusqu'à la partie externe du sourcil.

On place ensuite un fil de suspension résorbable qui sera fixé plus haut sur l'aponévrose temporal.

L'accollement du sourcil dans sa nouvelle position est réalisée en quinze jours.

L'incision est refermée sans enlever le moindre cheveu.

La technique du lifting temporal endoscopique est identique sur le principe et réalisée à l'aide d'une caméra et d'instruments spéciaux en l'endoscope.


LE LIFTING FRONTAL

Son indication a nettement diminué depuis l’avènement de la toxine botulique (le botox). Le lifting frontal traite les rides du front, quand elles paraissent trop importantes et que le patient ne souhaite pas recourir au botox.

Ces différentes interventions (lifting frontal comme temporal) peuvent être pratiquées isolément ou successivement. En fonction de l’état de la peau et de la demande, on peut les compléter avec, par exemple, une lipoaspiration pratiquée sous le menton, une chirurgie des paupières ou une liposculpture, c’est-à-dire une réinjection de graisses destinée à améliorer certains reliefs du visage ou un affaiblissement chirurgical de certains muscles peauciers…
Mais quelles que soient les techniques employées, tous les liftings (temporal ou frontal) ont pour finalité de corriger les effets du vieillissement sur le visage en fonction de la perception – plus ou moins objective – que chacun de nous en a.
Tous les chirurgiens esthétiques le constatent : cette perception du vieillissement varie selon les patients. Chez certaines personnes, elle se focalisera sur des bajoues tombantes; chez d’autres, ce sera sur les pattes d’oie ou les « poches sous les yeux ». Avec une large part de subjectivité – on peut être davantage marqué à un autre endroit mais y accorder moins d’importance – qui montre à quel point ce phénomène commun suscite des interprétations très personnelles.

Toutefois, c’est la zone du front qui sans doute représente le plus fréquent des points de fixation du vieillissement du visage, avec la célèbre et redoutée « ride du lion », qui se creuse entre les yeux. Aujourd’hui, nous constatons un abaissement de l’âge moyen du premier lifting qui est passé de 50 à 42 ans. Sur le plan strictement médical, cela garantit de meilleurs résultats car une peau plus jeune est plus souple et réagit mieux au choc opératoire.

contact-background
Docteur Marc Divaris
32, avenue Georges Mandel - 75116 Paris