Prendre rendez-vous / make an appointment +33 (0)1 45 53 40 14

32 Avenue Georges Mandel 75116 Paris Carte / map

Modifier le galbe et le volume des seins

Sous l’effet du temps, à la suite de grossesses ou après une perte de poids importante, les seins ont tendance à s’af­faisser, dans des proportions très variables selon les femmes. Nous appelons ce phénomène la « ptôse ». Il se caractérise par un relâchement de la peau, une perte de volume et un déplacement de l’aréole vers le bas des seins. C’est bien souvent pour corriger les effets de plusieurs grossesses et périodes d’allaitement – le geste est magnifique d’amour mais il est redoutable pour la tenue des seins – que la plupart des patientes consultent en demandant une augmentation mammaire. Mais cette ptôse n’est pas toujours due aux allaitements ou au temps qui passe. La génétique, là encore, a sa part de responsabilité : certains seins « naissent» tombants.

Pourquoi les seins tombent-ils? Du fait de la masse excessive de peau, l’enveloppe ne rétrécissant pas au même rythme que la glande, elle devient trop grande pour son contenu, favorisant l’apparition d’une ptôse mammaire. Pour corriger ce phénomène, la chirurgie esthétique permet de reconstruire sur mesure le galbe des seins et de remonter l’aréole et le mamelon. La peau est alors remodelée sur la glande mammaire et son excédent est retiré afin de retendre le sein. Si la poitrine a perdu son volume, il faut avoir recours aux prothèses pour compenser cette perte, à l’image de ce qui est pratiqué pour gonfler des poitrines trop petites. Après l’intervention, la poitrine se trouve transformée, galbée et remontée. Il s’agit d’une intervention courante qui concerne des patientes d’âges divers, car les femmes sont très inégales face à ce phénomène plus ou moins prononcé et plus ou moins bien accepté, mais inéluctable. Dans certains cas, la ptôse est légère et n’occasionne guère de désagrément. En revanche, lorsqu’elle est sévère, elle est la plupart du temps mal vécue.

Immédiatement après l’intervention, le volume de la « nouvelle» poitrine est entre 10 et 15% plus important que le volume défini, les seins sont tendus et fermes à cause de l’œdème post-opératoire; la véritable taille apparaît au bout de trois à quatre semaines environ, une fois l’œdème disparu. Les cicatrices sont habituellement moins visibles qu’après une intervention de réduction mammaire car cette chirurgie est plus souvent pratiquée après 30 ans, âge à partir duquel les phénomènes inflammatoires cicatriciels sont moins importants.